PORT D'ATTACHE

C’est un paquet de vieilles photos jaunies, enfoui dans une malle que toute la famille voulait croire perdue depuis 23 ans, immortalisant les derniers moments d’insouciance de mes parents à Kinshasa.

En cette fin de juillet 1992, mes parents espèrent encore pouvoir rester là, alors la famille sourit, et fait bonne figure.

Ils refusent encore l’idée de devoir tout abandonner, là, dans cette ville, dans ce pays, où mon père a trouvé refuge à 18 ans en fuyant la France.

Mais y retourner sera inévitable, cruel et brutal, dans ce pays à la fois inconnu pour nous et faisant pourtant bien partie de notre histoire....

Parfois mal acceptés, nos parents se murent dans le silence pour s’intégrer et nous protéger.

C’est l’histoire d’une blessure, celle d’une famille parmi tant d’autres, contrainte de quitter un pays pour un autre, afin d’avoir une chance de vivre, et qui fait de la France son port d’attache.

C’est l’histoire de tous les déracinés.

 

Dans une suite logique, Port d’Attache donne la parole à celles et ceux qui se retrouvent aux frontières, arrivés par bateau ou autres, ne connaissant pas, ou peu les coutumes de leur terre d’accueil, face à une administration implacable et sourde aux tristesses qui ont poussé tant d’êtres à fuir leur(s) terre(s). Partis la peur au ventre, pour cet ailleurs plein de promesses, se fondre dans la masse pour faire de la France leur « Port d’attache ».

 

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/79c99XSgt3o" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>